Un silence ordinaire

D’abord, il y a Clara, qui voudrait bien que son père ne soit pas « comme ça ». Il y a aussi Leila qui voudrait passer une soirée sans « penser à ça ». Et puis, il y a Alexandre qui a retrouvé la joie de vivre depuis qu’il a arrêté « cette chose-là ». Et Jeremy qui ne sait pas comment sauver sa mère de « ce truc-là ». Enfin, il y a Janine qui respire depuis qu’elle a accepté qu’elle ne pouvait rien changer à « ça ». Il y a moi aussi, Didier, qui cherche comment parler de « ça ».

Raconter les histoires des autres, c’est aller vers l’autre mais aussi tenter de se rapprocher de la sienne.  Un silence ordinaire nous propose de partager, dans une narration simple et sincère, des récits de vies liés à l’alcoolisme. Symbole de convivialité, de fête et de plaisir autant que signe de maladie, de rejet et d’isolement, qu’est-ce que l’alcool nous dévoile de nous-même et de notre société ? Au-delà de ces questions, le spectacle cherche comment briser un tabou, comment casser les murs qui enferment les non-dits ?
Dans une mise en scène épurée d’Olivier Lenel, le spectacle pérégrine avec poésie, humour et sensibilité dans la complexité de nos questionnements. Avec la complicité sur le plateau de la bassiste Alice Vande Voorde, l’auteur et comédien Didier Poiteaux, ouvre nos imaginaires sans jamais nous imposer d’images  figées ou d’avis arrêtés, alterne les formes du récit et du jeu théâtral pour nous faire partager de manière forte et intimiste son cheminement.

Quelques aspects de la pièce à exploiter
L’alcool, un problème ?
La dépendance et l’addiction aux drogues.
Qu’est-ce qu’un tabou ?
La création artistique peut-elle briser un tabou ?


La pièce s’adresse aux ados à partir de 14 ans


Représentations scolaires (70 min. + rencontre possible avec les artistes)
le vendredi 15.01 à 9h00 et à 13h00

Vous trouverez sur cette page les informations et modalités concernant les réservations.

Ceci pourraît vous intéresser

Recevez notre newsletter