La fête est finie

Un film de Marie Garel-Weiss | France, 2018, 1h33

La fête est finie aborde la consommation de stupéfiants à travers le destin de deux jeunes filles toxicomanes qui, à un moment donné de leur parcours et pour des raisons diverses, décident de s’en sortir et font la démarche de se rendre dans un centre d’aide aux personnes dépendantes. Arrivées le même jour au Séquoia, elles entament ensemble le chemin qui doit les mener vers une autonomie et une liberté retrouvées. Or cette proximité aléatoire représente en réalité pour elles le début d’une amitié à toute épreuve, pour le pire parfois mais souvent pour le meilleur.
Loin de tout discours moralisateur sur les ravages de la drogue, la réalisatrice a choisi d’aborder le sujet sous l’angle positif de l’espoir : espoir de retrouver le sens et le goût de la vie, de reprendre les rênes de sa destinée ou encore de renouer avec ses proches et de tisser à nouveau avec eux des liens de confiance.
Ce film, qui s’adresse aux élèves de l’enseignement secondaire supérieur, permet ainsi d’évoquer en classe une problématique qui touche directement ou indirectement nombre d’adolescents et d’adolescentes, sur qui les campagnes de prévention ont relativement peu de prise et vis-à-vis desquels les adultes (parents, éducateurs, enseignants…) se sentent bien souvent aussi démunis qu’impuissants.

À partir de 15 ans.

Aspects pédagogiques à exploiter
Toxicomanie et dépendance
Le poids de l’histoire personnelle et familiale
Amitié et choix de vie
Entre contraintes et tentations : quelle place pour la liberté ?

Au cinépointcom de Libramont, la semaine du 24 avril

Prix par élève : 4 €

Ceci pourraît vous intéresser

Recevez notre newsletter