Urban Art

Urban Art

Au Centre culturel de Libramont

Qu’est-ce que l’art urbain ?

C’est un terme qui regroupe bon nombre de disciplines contemporaines qui tirent leurs origines des rues des grandes métropoles du monde. La musique, la danse, la peinture,… Pas de galeries d’art et autres musées, ici.

Toutes ces formes artistiques sont avant tout des moyens d’expression qui sortent des sentiers battus. Mal aimé au départ car souvent illégal et sauvage, le street art est aujourd’hui reconnu comme un art à part entière. La culture de la rue a en effet été transposée des murs jusque dans la publicité, les vêtements et de nombreux supports de communication.

Le street art sert aussi à embellir l’espace urbain, pour que chacun puisse redécouvrir le plaisir de la mobilité douce, par exemple. Il a une fonction fédératrice sur la population.

La KulturFabrik de Esch-sur-Alzette a initié le projet « Kufa’s Urban Art » en 2014. L’initiative a naturellement pris une dimension transfrontalière.

En effet, durant 2 semaines, une vingtaine d’artistes du monde entier réaliseront des œuvres d’Urban art et de land art au sein d’espaces publics et privés dans 10 villes de 4 pays (la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne et la France) qui font partie de la « Grande Région ».

A Libramont, seule ville en Belgique a faire partie du projet, il sera question de peinture murale.
Le mur, de plus de 10 mètres de hauteur et autant de largeur, utilisé pour la réalisation de la fresque, se trouve à l’arrière du Centre culturel, face au parking.
C’est donc une oeuvre de plus de 100 m² qui va prendre forme à la fin du mois de juin.

Michaël Eveno, dit Grems, du studio français de création artistique Anyway, interviendra dans l’espace public du 28 au 30 juin.

Rappeur et graphiste, Grems est un artiste polyvalent. Il aime recouvrir les murs dans un style qu’il qualifie lui-même d’antique. Street artist reconnu, il a fait ses débuts dans le graffiti. Grems explique : « Je suis parti de Paris pour tenter les Beaux-Arts de Bordeaux. Je me suis spécialisé dans le graphisme. J’ai créé un style populaire, de l’illustration qui marchait bien. Je réalisais des flyers, des pochettes de disque. C’est comme ça que j’ai commencé à me faire connaître. J’étais hyper actif et très maigre, d’où ce pseudo, Grems, qui veut dire maigre si on inverse les syllabes. »

Aujourd’hui, il travaille principalement avec Opéra et Taroe au sein de leur collectif. Chacun des trois artistes a développé une identité artistique personnelle mais ils sont unis par une passion commune pour la peinture, les cultures urbaines et l’art contemporain. Ils développent une vision créative et collective riche en termes d’imagerie et de design sur tous types de supports de communication.

Organisation: Commune de Libramont, Centre Culturel Libramont-Chevigny Asbl & Kulturfabrik Esch-sur-Alzette

Bientôt