La 56° Dimension

Memento

Au Centre culturel de Libramont

Leonard Shelby n’a qu’une idée en tête : traquer l’homme qui a violé et assassiné sa femme afin de se venger. Sa recherche du meurtrier est rendue plus difficile par le fait qu’il souffre d’une forme rare et incurable d’amnésie : bien qu’il puisse se souvenir de détails de son passé, il est incapable de savoir ce qu’il a fait dans le quart d’heure précédent, où il se trouve, où il va et pourquoi, qui il a rencontré… Pour ne jamais perdre son objectif de vue, il a structuré sa vie à l’aide de fiches, de notes, de photos, de tatouages sur le corps… Mais cela sera-t-il suffisant ?
Memento est le 2e long métrage de Christopher Nolan (Interstellar, Le prestige, The Dark Knight…) et il se caractérise par une forme narrative inattendue : le film débute par la fin de la traque de Leonard – par la dernière scène du film ! – et remonte vers le début, vers ses motivations. Cette forme inédite à l’époque permet au spectateur de vivre l’handicap de Leonard à 100%, de souffrir avec lui, de compléter le puzzle de sa vie comme lui et d’être manipulé en même temps que lui…

« Le réalisateur […] nous assène des scènes bizarres, et c’est après qu’il nous explique comment les personnages en sont arrivés là. D’où l’impression d’un chaos permanent. Memento est une mécanique subtile, angoissante pour le personnage, excitante pour nous. Christopher Nolan (Following, Insomnia) est un formidable illusionniste. Mais qu’est-ce qu’un réalisateur, après tout, sinon un prestidigitateur censé nous charmer, au sens propre du terme ? Ici, point de psychologie. Juste une plongée dans l’inconscient. Et cette course-poursuite, entrecoupée de soli­loques du héros, filmés, eux, en noir et blanc, finit par provoquer un beau vertige. » (Pierre Murat, Télémara)

De Christopher Nolan (USA, 2000, 1h53, VOSTFR)
La 56° Dimension c’est le plaisir de regarder un film ensemble et d’en discuter par après…
C’est la joie malicieuse de décortiquer, de prendre le temps de s’arrêter, de voir et revoir une scène, une séquence, un plan et les regarder avec un oeil neuf, critique et… amoureux !
A travers des films issus de tous les genres, de toutes les époques, de tous les pays, de toutes les langues, La 56° Dimension se veut un espace d’apprentissage de l’image par le plaisir du cinéma revisité.
Entrée : 8 €

Ceci pourraît vous intéresser