Ciné-club

L’homme qui tua Don Quichotte

Cinépointcom Libramont

Toby, jeune réalisateur de pub cynique et désabusé, se retrouve pris au piège des folles illusions d’un viel Espagnol convaincu d’être Don Quichotte. Embarqué dans une folle aventure de plus en plus surréaliste, Toby se retrouve confronté aux conséquences tragiques d’un film qu’il a réalisé au temps de sa jeunesse idéaliste : ce film d’étudiant adapté de Cervantès a changé pour toujours les rêves et les espoirs de tout un petit village espagnol. Toby saura-t-il se racheter et retrouver un peu d’humanité ?
Cela fait plus de dix ans que Terry Gilliam tente d’adapter en vain le Don Quichotte de Cervantès, une malédiction planant sur ce projet fou (on se rappelle la tentative avortée avec Jean Rochefort et Johnny Depp où les éléments s’étaient littéralement déchaînés sur le plateau). Aujourd’hui enfin aboutie, cette fiction semble réunir sous une même destinée, les aspirations artistiques du cinéastes anglais et les illusions philosophiques du héros de Cervantès. Un régal.

L’Homme qui tua Don Quichotte offre un spectacle cinématographique correspondant totalement à l’idiosyncrasie de l’imaginaire de Gilliam. Ce film est une véritable revendication de son « auteurisme » au sens le plus honorable du terme. (Pierre Eisenreich, Positif)

De Terry Gilliam (2018, 2h12, VO STFR)
Avec Adam Driver, Jonathan Pryce, Stellan Skarsgård…

8 €

Ceci pourraît vous intéresser

Recevez notre newsletter